A une semaine du premier tour des élections régionales le 6 décembre, nous avons interviewé Sandra Talbot, candidate sur la liste du Front de Gauche.

Les raisons d’une candidature

e-bb : Pourquoi êtes-vous candidate aux régionales ?

Sandra Talbot

Sandra Talbot

Sandra Talbot : En tant que citoyenne et militante syndicale, j’ai souhaité m’engager au côté des forces de progrès social qui composent le front de gauche. Une autre politique régionale est possible et je souhaite y contribuer.

e-bb : À Boulogne, la dernière mandature a été marquée par les tensions entre Pierre-Christophe Baguet et Henriette Zoughebi, vice-présidente en charge des lycées, au sujet du futur lycée de la place Jules Guesde. Quelle est votre position sur cet établissement ?
Sandra Talbot :
Cet établissement doit permettre à tous les jeunes de bénéficier d’un enseignement public de qualité, en permettant à chacun-e de choisir sa filière professionnelle. Les sections proposées doivent répondre au besoin du plus grand nombre et ne doivent pas être l’occasion de faire de sélection élitiste. De ce fait, nous déplorons l’attitude intransigeante du Maire.Elle a finalement retardé la construction du futur lycée au détriment du lycée Jacques Prévert désormais surchargé qui a dû installer des préfabriqués dans la cour pour pouvoir accueillir les élèves.

Une région capitale

e-bb : Les maires d’Ile de France, et notamment des Hauts de Seine, ont massivement rejoint le collectif des Maires en colère, qui dénonce la baisse des dotations et la hausse de la péréquation (270 millions pour le FSRIF en 2015 notamment). Comment réagissez-vous à cette mobilisation ?
Sandra Talbot :
Les Maires ont des positionnements parfois déroutants… ils sont trop nombreux à soutenir nationalement la mise en œuvre d’une politique d’austérité pour dénoncer localement une baisse des dotations !
Les élu-e-s front de gauche ont une constance dans l’analyse : l’austérité, au niveau européen, national, régional ou communal est un danger pour les peuples, pour la démocratie et pour les services publics au combien nécessaires pour l’égalité et la citoyenneté.

Le programme de la liste Nos vies d’abord

e-bb : Vous prévoyez de construire 100 000 logements par an en Ile de France, alors que l’objectif de 70 000 fixé par la loi sur le Grand Paris est loin d’être atteint. En pratique, comment faire ?

Sandra Talbot

Cartographie 2007 du logement potentiellement dégradé en Ile de France établie par l’agence régionale de la santé

Sandra Talbot : En ayant une volonté politique forte qui se traduira notamment par les mesures suivantes : transformer les bureaux vides en logements, taxer fortement les logements vides, refuser toute aide publique aux communes dont les Maires refusent de construire du logement social, utiliser tous les terrains publics disponibles pour permettre la construction de logements permettant de promouvoir la mixité sociale.

e-bb : Quelles sont les trois priorités de votre liste ?
Sandra Talbot :
D’abord, restaurer la solidarité entre les territoires qui composent la région et les habitant-e-s qui y vivent dans des conditions parfois très dégradées.
Ensuite, réaffirmer l’importance de services publics de qualité respectant les usagers et les personnels en développant un transport de qualité, l’accès à la culture pour toutes et tous, des logements de qualité…
Enfin, promouvoir un développement écologique de la région pour développer des filières technologiques œuvrant pour la protection de l’environnement tout en offrant des emplois.

e-bb : L’Ile de France est aussi une région agricole ; que prévoyez-vous pour ce territoire grignoté par l’urbanisation ?

élections régionales

Une terre de contrastes divisée en espaces urbains, naturels et agricoles – CR conseil régional

Sandra Talbot : Nous souhaitons réguler cette urbanisation qui répond trop souvent à des envies de spéculation immobilière. Il s’agira donc de préserver les zones agricoles, de privilégier les filières courtes pour permettre aux uns de mieux vivre de leur travail et aux autres de s’alimenter sainement quels que soient leurs revenus !
Nous dénonçons également le projet Europa City dans le val d’Oise, qui menace des terres agricoles nécessaires et utiles au bien commun pour construire un énième centre commercial avec des pistes de ski ! ! ! Rappelons à ce sujet que le vice-président de l’association de défense de ce site est candidat sur la liste Nos vies d’abord.

e-bb : Nos vies d’abord ! justement, c’est votre slogan de campagne : que vous évoque-t-il ?
Sandra Talbot :
Ce slogan rappelle que l’humain doit être au cœur des décisions politiques si nous voulons une société juste, égalitaire, démocratique. Le politique doit reprendre le pouvoir sur la finance qui n’est qu’un outil pour construire un avenir à la jeunesse, pour répondre aux besoins de nos ainés et aux populations fragilisées par une crise économique sans fin prise sans cesse comme prétexte pour plus d’austérité et de régression sociale.

Pourquoi aller voter ?

e-bb : Pourquoi aller voter les 6 et 13 décembre ?
Sandra Talbot : Pour ne pas laisser des politiciens adeptes des politiques d’austérité contrôler notre Région si riche d’espoir et d’opportunité pour les citoyen-ne-s qui y résident.
The following two tabs change content below.