Pour la troisième année consécutive, 4 galeries d’art contemporain de Boulogne- Billancourt réunies au sein de l’Association Carré sur Seine se sont associées pour permettre à des artistes, peintres, plasticiens, photo et vidéographes ; certains  débutants, d’autres ayant déjà acquis une certaine notoriété, de présenter leurs œuvres à un jury  d’experts.

Ils étaient 250 candidats au départ, 76 ont été présélectionnés pour deux jours de présentation, au mois de mai, devant les membres du jury, à la bibliothèque Marmottan, prêtée pour la circonstance. Chaque œuvre a fait l’objet de commentaires, d’entretiens avec les artistes, leur permettant de mieux se situer par rapport à leur projet.

De gauche à droite : Mary-Christine Jaladon (artiste), Maria-Giovanna Gilotta (Carré sur Seine), Florence Provost (Carré sur Seine), Rémi Chapeaublanc (artiste), Ivane Thieullent (Carré sur Seine), Camille Vignaud (artiste), Isabelle Lefort (Carré sur Seine), Didier Fournet (artiste), Zuhkra Sharipova (artiste), Valérie Bacques (Carré sur Seine).

De gauche à droite : Mary-Christine Jaladon (artiste), Maria-Giovanna Gilotta (Carré sur Seine), Florence Provost (Carré sur Seine), Rémi Chapeaublanc (artiste), Ivane Thieullent (Carré sur Seine), Camille Vignaud (artiste), Isabelle Lefort (Carré sur Seine), Didier Fournet (artiste), Zuhkra Sharipova (artiste), Valérie Bacques (Carré sur Seine).

Jeudi 26 juin, à la galerie Mondapart ( 80 rue du Château  à Boulogne) a été donnée lecture du palmarès, avec une brève présentation des artistes et des œuvres retenues. Cinq artistes ont ainsi été récompensés.

Le prix« Coup de cœur 2014″  est allé à Lyès Hammadouche, pour des vidéos, « marquées par la décomposition du temps et sa limite entre immobilité et mouvement.  Dans ses productions, il crée un cycle, entretient un rythme, englobe un espace et tente d’en percevoir le détail »(…) l’artiste retenu par ailleurs n’a pu recevoir sa distinction ce soir là.

Les autres lauréats étaient présents.  Le prix »Coup de chapeau 2014 » revenait à Rémi Chateaublanc pour sa série de photographies  Gods & Beasts. Des dieux et des bêtes ou plus concrètement des visages humains et des animaux, pris en Mongolie.

Camille Vignaud recevait le prix « Coup de main 2014, » pour une série de photos  « révélant  l’insignifiante beauté de l’infraordinaire, de tous ces petits riens qui font de nos vies une poésie routinière de la banalité » Amateurs de héros ou d’épopées lyriques, passez votre chemin. Mais nous pouvons être touchés par cette banalité d’un quotidien qui rappelle certaines vieilles photos de famille.

Didier Fournet  recevait  le prix » Coup de pub 2014. » Sa série « Vibrations urbaines » en grands formats décompose des paysages urbains révélant des formes et des chatoiements de couleurs,  auxquels j’ai été personnellement très sensible.

Zukhra Sharipova, elle-même réfugiée politique d’Ouzbekistan, a reçu le prix » Coup de projecteur 2014, » pour une série de photos de migrants, réfugiés politiques « qui tentent de se reconstruire une identité à travers un monde incertain ». Plusieurs axes de cette approche de « ce monde invisible » sont  intitulés « Les Portes, les Portraits de famille, les papiers administratifs.

Ont été également mentionnés : Manon Wieser dont les photographies ont fait l’objet d’un prix « Coup double 2014 » et le travail de Marie-Christine Jalandon, matières sur papier, a reçu le prix « Coup de pouce 2014 »

Chacun des lauréats se verra offrir des opportunités : expos dans une des galeries, articles dans une revue d’art, accompagnement et regard critique sur leurs recherches….  Appuis précieux pour acquérir cette visibilité qui leur permettra  d’orienter leurs recherches, éventuellement abandonner quelques fausses pistes et séduire des acquéreurs. Il faut saluer cette remarquable initiative de quatre Galeristes Boulonnaises, quasiment voisines, sensiblement du même âge qui ont mis en commun leurs efforts et leurs relations pour permettre cette rencontre, toujours hasardeuses, entre des artistes et des publics qui avaient très peu de chances de pouvoir les découvrir, sans ce sérieux coup de pouce.

Amis Boulonnais, allez visiter ces galeries, voici leurs adresses :

Galerie Mondapart  80 rue du  Château

Voz Galerie 41 rue de l’Est

Exit Art Contemporain et

Green Flower  Art 61 rue du Château

Comme moi, je suppose, vous ne serez pas séduits par tout ce que vous y verrez. Certaines œuvres vous rebuteront, peut-être. Et puis vous risquez d’y trouver une pépite. Qui parlera  immédiatement à votre sensibilité, correspondra à votre intelligence  des formes et des images.

Ou plutôt votre perception des formes et des couleurs, à un moment  de votre regard.

Gageons que celui-ci évoluera , que votre champ  de perception s’élargira, au fur et à mesure de vos fréquentations de cet art contemporain souvent très déroutant.

Et si c’était là son intention ?

 

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)