Réalisées dans le cadre de son partenariat avec des artistes de 1967 à 1983, Renault expose ses œuvres d’art contemporain dans ses bureaux de Boulogne Billancourt. L’entreprise boulonnaise poursuit sa relation privilégiée avec l’art, en soutenant le chantier de rénovation du Salon de la Paix du Château de Versailles, qui s’ouvre en janvier 2017 pour 18 mois.
Renault n’est pas un mécène comme les autres : c’est une relation singulière qu’il a construite avec les artistes, dès 1967, sous l’impulsion de son PDG, Pierre Dreyfus. Ce qui intéresse le Groupe, c’est de fournir aux photographes, peintres, designers ou plasticiens, matériaux nouveaux et sources d’inspiration technologiques, pour rapprocher l’art de la société industrielle. Les artistes bénéficiaient d’une aide technique et avaient accès aux ateliers.

 

Les artistes contemporains réputés de la collection Renault

 

Robert Doisneau fut chargé de photographier la vie à l’usine, de la chaîne de montage à la cantine en passant par les écoles d’apprentis ou l’infirmerie, dans la veine humaniste qui caractérise son travail. Arman qui appelait l’usine son « magasin de couleurs », a affirmé que les processus de fabrication des objets industriels lui avaient donné « de l’appétit » et que sa collaboration avec Renault avait infléchi ses créations. Jean Dubuffet, déjà attiré par les matériaux industriels innovants, y trouva le soutien technique adapté pour ses œuvres monumentales.Victor Vasarely, plasticien d’origine hongroise et fondateur de l’art optique, fut approché par l’entreprise pour dessiner son logo en 1972, puis imagina des signaux d’autoroute spectaculaires, avec l’aide du laboratoire des peintures.

Errô peintre islandais

Le peintre islandais Errô réalisera une série picturale d’œuvres en mêlant inspirations historiques et univers automobile. Le vénézuélien Jesús-Rafael Soto spécialisé dans l’art cinétique travaillera sur l’espace et la perception visuelle : il mettra en place une installation mobile et immobile, qui s’anime lorsque l’on passe à côté.

Jesus Rafaël Sotto artiste vénézulien

Enfin l’artiste suisse Jean Tinguely créera, en 1966, son étonnant « Requiem pour une feuille morte », pièce monumentale destinée à l’exposition universelle de Montréal.

Requiem pour une feuille morte Jean Tinguely

Constituée de 1967 à 1983, la collection Renault compte trois cent cinquante pièces.

 

Renault,  mécène de la rénovation du Chateau de  Versailles

 

S’il est un lieu mythique et universel, où artistes et ingénieurs ont rivalisé d’ingéniosité créative et de maîtrise technique, c’est à Versailles. Initié en 2013 avec la mise à disposition de voitures électriques pour le personnel, Renault a décidé de poursuivre son partenariat avec le Château, en accompagnant la rénovation du salon de la Paix, situé dans le prolongement de la Galerie des Glaces.

Le salon de la Paix – Château de Versailles

L’architecture et les décors intérieurs d’origine vont être intégralement restaurés. Les marbres polychromes, lambris, reliefs sculptés en plomb, bronzes dorés et plafond peint sont destinés à prolonger l’iconographie de la Galerie des Glaces, qui détaille les actions civiles et militaires du Roi Soleil, pour apporter la paix et la prospérité.

 

                                                                                                                                                                                                                Isabelle Brigout

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?