Comme annoncé, ce vendredi avait lieu une dédicace de Pénélope Bagieu à la librairie Les mots et les choses pour sa nouvelle bande dessinée, California Dreamin’, publiée chez Gallimard. Un récit romancé de la vie de Cass Elliott, l’une des chanteuses du groupe The Mamas and the Papas.

la devanture colorée pour l'occasion

La devanture colorée pour l’occasion

Ainsi qu’à chaque rencontre, avant les dédicaces, le libraire entame la conversation avec l’auteur et permet d’en apprendre plus sur l’œuvre du moment.

Les libertés de la fiction

Pénélope Bagieu nous explique la genèse de California Dreamin’, en commençant par le choix de Mama Cass comme héroïne, qui est venu à elle car la chanteuse n’avait pas le physique, n’a pas appris la musique dans son enfance, et ne semblait pas destinée à cela, mais elle a quand même pu devenir une artiste très connue à force de persévérance. Aussi, l’héroïne étant assez peu connue, il est possible de raconter très librement les évènements. Comme il n’y a pas d’image pré-établie, tout est à inventer, et il devient nécessaire broder à partir d’un ressenti, ou d’une déduction, ce que l’auteur fait avec imagination.

« Il n'y a pas beaucoup d'éléments vrais, si on veut du factuel il faut aller sur sa fiche wikipedia »

« Il n’y a pas beaucoup d’éléments vrais, si on veut du factuel il faut aller sur sa fiche Wikipedia »

Le crayon et ses infinies variations

Le scénario a été écrit à New York, puis dessiné au crayon ensuite de ci de là. Pour créer cette bande dessinée, Pénélope Bagieu à troqué ses ordinateurs et ses tablettes graphiques contre un simple crayon de papier, un choix dont elle s’est expliquée. Tout d’abord, ce simple appareil permet de dessiner quand bon lui semble. Ensuite, comme le crayon n’autorise que peu de retouches, il faut lâcher prise et accepter les imperfections… Enfin, le crayon offre une grande variété de traits : fin, épais, clair, sombre… Le tout au service d’une narration polyphonique, qui diffracte le personnage : plutôt que choisir un narrateur neutre et un récit très linéaire, l’auteur a donné tour à tour la parole à ses parents, à ses amis voire à ses ennemis afin de mieux cerner Cass, tout en la rendant plus énigmatique.

Cela donne une bande dessinée qui se savoure, et nécessitera plusieurs relectures pour en saisir toutes les subtilités.

dédicace

dédicace

Signature sur un poster

Signature sur un poster

La foule des grands jours

La foule des grands jours, avec une très grande majorité de lectrices !

The following two tabs change content below.
Avatar

François

Boulonnais depuis quelques années, et qui aime découvrir la ville et faire partager ses trouvailles !