«  Résonance  » Propriété d’accroître la durée ou l’intensité du son que produisent certains objets,  certains milieux. Effet de ce qui se répercute dans l’esprit, le cœur avec une notion  d’amplification , en partant  d’une caisse de résonance  » écrit Monique Hasbani-Villard, une des 23 artistes exposées, dont une majorité de femmes, en transposant dans le domaine pictural les définitions acoustiques habituelles.

Les 36 tableaux et photos, présentées dans deux salles de la Maison Saint François de Sales, se font en effet échos, avec des inspirations très différentes.

La Maison Saint François de Sales est un lieu de rencontres, d’échanges, d’inspiration catholique, aux activités multiples, comme nous l’explique ce jeune couple, de médecins, animateurs de cette «  Maison des familles  »,  de plus en plus fréquentée, avec l’appui d’une soixantaine de bénévoles.

Pendant notre visite, la responsable, pour les Hauts de Seine, de l’Association « Ensemble 2 Générations  » viendra nous expliquer les avantages de la cohabitation entre des étudiants, à la recherche de logements et de personnes âgées, en quête de présence auprès d’elles. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler à  l’e-bb.

Ce mercredi, jour de ma visite, la salle principale était particulièrement animée par des familles avec de très jeunes enfants, comme chaque semaine.

Les visiteurs du mercredi. CR G Veyret

 

Les bambins, à quatre pattes ou en tricycles, étaient ils sensibles à la qualité des œuvres parmi lesquelles ils circulaient  ? Je n’oserai l’affirmer. Mais cela répondait bien à un objectif des initiateurs de l’expo. L’art fait partie de la vie, tout en visant à la transcender.

 

Quelques coups de coeur  parmi plus d’une trentaine d’oeuvres

 

 

Nous n’évoquerons ici que quelques «  coups de cœur  », en suggérant au lecteur d’aller découvrir lui même la diversité de cette expo d’artistes Boulonnais.Excellent sujet de ballade, en direction du Parc de Billancourt et l’île Seguin

Cette fresque sinueuse, à la mine de plomb et graphite, de Brigitte Franc, frappe par son intensité.

Brigitte Franc                                               DR G.Veyret

 

Les visages des violoncellistes Pablo Casals et Mstislav Rostropovitch trouvent une grande force d’expression, sous les traits dAlain  Abramatic

Pablo Cazals et Mstislav Rostropovitch
DR G.Veyret

 

On retrouve, avec plaisir, les fleurs japonisantes de Priscilla Moore.

Priscilla Moore
DR G.Veyret

Francine Benhamou suggère «  Des résonances lointaines qui parviennent jusqu’à nous, laissant le champ libre à l’imagination de chacun  » avec son «  Little big bang  »  : acrylique sur toile

Little Bing Bang Francine Benhamou
DR G.Veyret

 

 Pourquoi une telle exposition en un tel lieu  ?  Claire Espinasse l’exprime avec sa sensibilité propre en [2]écrivant  : «  L’art tutoie l’âme, car c’est à l’âme qu’il s’adresse  »  Mais on peut aussi y voir un plaisir essentiellement esthétique, bien intégré dans ce bâtiment à  l’architecture contemporaine. 

Buisson ardent Claire Espinasse
DR G.Veyret

 

La plupart  de ces tableaux peuvent  être achetés,  à des prix allant  de 180 à 1.500 €

 

Maison Saint François de Sales Parvis Jean Paul II. 

92100 Boulogne-Billancourt

du 17 mai au 10 juin

Lundi au vendredi  : 9h 30 /18 heures

Dimanche  : 15 h 18 h

 

 

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)