Les hommages à Brigitte Bardot se succèdent dans cette année qui suit l’anniversaire de ses trois fois vingt-cinq ans. Tout a commencé à Boulogne-Billancourt avec le succès international de l’exposition « Brigitte Bardot. Les années insouciance  », qui attira plus de 87000 visiteurs à l’Espace Landowski. Cette exposition  prendra ses quartiers d’été à partir du 18 juin à Saint-Tropez, et aujourd’hui c’est à l’Imagerie d’Epinal de mettre son talent et son savoir-faire au service de la star emblématique, et de ses causes.


Les images d’Epinal font partie de la mémoire collective. Depuis 1796, elles illustrent scènes religieuses, évènements populaires et surtout l’épopée napoléonienne, ce sont les bandes dessinées de ces temps. Vendues et commentées par les colporteurs sur les places de villages, elles donnent l’actualité de l’époque et sont source d’information, de communication voire de propagande. C’est à l’imagerie d’Epinal que naissent les premiers prospectus publicitaires. Près de 15 millions d’images sont vendues entre 1870 et 1914 mais, après la guerre, l’apparition des médias fait reculer les ventes, l’Imagerie vivote et dépose le bilan en 1984. Cinq jeunes chefs d’entreprise vosgiens décident alors de sauver et de développer ce patrimoine national. Ils maintiennent les savoir-faire traditionnels et adaptent les réalisations de l’Imagerie aux techniques d’impression modernes. L’Ecomusée créé sur le site accueille plus de 200 000 visiteurs par an. Le patrimoine technique est protégé au titre des monuments historiques.
L’Imagerie réédite les images anciennes et traditionnelles et s’est assuré la collaboration de 10 artistes contemporains pour de nouvelles créations. Le premier d’entre eux, Antonio Gacia, directeur artistique de l’entreprise, est également l’auteur de l’image dédiée à Brigitte dans la nouvelle série consacrée aux artistes de cinéma.

Sage comme une image ...d

Brigitte Bardot, d’origine lorraine, a grandi avec les images d’Epinal et c’est avec émotion qu’elle a donné son accord pour en faire partie. La rencontre de ces deux légendes est orchestrée par son ami Henri-Jean Servat, commissaire de l’exposition « Brigitte Bardot. Les années insouciance », et passionné de l’Imagerie d’Epinal depuis toujours.
« Je suis touchée par la tendresse de cette image dans laquelle je retrouve toute ma vie » dit BB jointe, par téléphone, dans sa chère Madrague. Ces évènements qui se succèdent sont vécus par elle comme « une reconnaissance, une renaissance, un renouveau de la  tendresse du public », mais on ne la verra pas plus à l’exposition de Saint-Tropez qu’à celle de  Boulogne ; Brigitte n’a pas envie d’être confrontée à sa vie qui lui saute au visage « sinon je vais pleurer toutes les larmes de mon corps »dit-elle.
Ne pleurez pas Madame, vous voilà personnage de légende immortalisée en image d’Epinal. Et dans les légendes, les belles princesses ne vieillissent  jamais.

On peut trouver l’image d’Epinal consacrée à Brigitte Bardot sur le site de l’Imagerie d’Epinal ou à l’exposition « Brigitte Bardot les années insouciance » à l’ Espace des Lices à Saint-Tropez.