Un conseiller de quartier

Une semaine de repos pour faire la relation d’une semaine bien remplie constitue la seule excuse du délai d’écriture.

Lundi : rien.

Mardi 24 Mai. Isaure de Beauval, conseillère municipale déléguée au quartier 6 et au patrimoine avait pris l’initiative d’inviter à déjeuner avec Pierre Christophe Baguet, le Député Maire, les conseillers de quartier, Marie France de Rose, Maire-Adjoint en charge du quartier 6 et des responsables de la Mairie  pour préparer la  réunion du quartier qui devait se tenir le mercredi suivant.

La Bibliothèque Marmottan, place Denfert-Rochereau

Je ne reviendrai pas sur les sujets évoqués : Roland Garros, Jean Bouin, le Franprix de la rue de l’Est… qui seront largement repris lors de la réunion du Mercredi. Je me bornerai à souligner la qualité des débats, du traiteur et du lieu puisque ce repas avait lieu à la Bibliothèque Marmottan dont j’ai appris à cette occasion qu’elle était la propriété de l’Institut. L’Institut ne s’en préoccupe pourtant guère et laisse la Ville financer l’essentiel du budget. M. Baguet a d’ailleurs manifesté son intention de revoir les termes de la convention qui lie l’Institut et la Ville dont l’échéance est proche.
Un moment convivial qui permet de remercier les conseillers de quartier pour leur implication et ménage des dialogues plus informels.

Mercredi 25 Mai. La réunion de quartier s’est tenue  dans la salle aimablement mise à disposition par la Directrice de l’école Maître-Jacques où les assistantes des élues de quartier accueillaient chacun des 150 participants avec le sourire, qu’elles en soient remerciées. Je ne reviendrai pas sur la présence des élus municipaux et des conseillers de quartier ni sur celle des responsables des services de la Ville et de GPSO,  chacun étant maintenant familier avec l’organisation de ces réunions.

le gymnase de l'école Maître-Jacques- CR 2/3/4 Architecture

Après un long préambule qui a permis au Maire de passer en revue les sujets  importants pour la Ville : Jean Bouin, Roland Garros, l’aménagement de la Place des Ecoles, le Plan Propreté… c’est au tour des questions plus ou moins pertinentes d’avoir une réponse. Dans le désordre, citons :  

  • l’interrogation sur l’itinéraire du SUB qui ne peut évidemment pas passer devant le domicile de tous les habitants au grand dam d’un habitante de la rue de l’Est ;
  • l’installation du Franprix, rue de l’Est à laquelle la Mairie ne peut s’opposer ;
  • la circulation dans le quartier des Princes avec les évènements sportifs,
  • la délivrance d’un passe à une infirmière libérale dans des conditions discutables et l’émouvante intervention d’un vieux monsieur qui ne comprend pas que l’on puisse changer le sens de son impasse pour quelques travaux ;
  • les pistes cyclables qui se font attendre alors même que 270 000 Velibs ont été empruntés à Boulogne Billancourt en 2010 ;
  • la collecte des bacs jaunes à des heures très matinales (3h30), le skate park…

Comme d’habitude, le pot a été l’occasion d’échanger librement  et de recueillir quelques doléances supplémentaires.

Jeudi. Le Rendez-Vous suivant  était la réunion de tous les conseillers de quartier à l’auditorium de l’Espace Landowski. Le sujet principal en était la Révision générale du PLU qui a donné lieu à une information complète sur la nécessité de renouveler le PLU.
Si M Marion, Directeur de l’urbanisme et Gautier Mougin, Maire Adjoint à l’urbanisme, ont tenu à rappeler le caractère innovant du PLU de 2003, ils ont également tenu à souligner qu’il avait vieilli et qu’il convenait de prendre en compte de nouveaux projets et de « changer de vision » : quartier Ambroise Paré, Tête du pont de Sèvres, Avenue du Général Leclerc… ils veulent « relier les trois villes », mettre en place une trame verte, aménager ce véritable territoire « pivot » qu’est Boulogne-Billancourt.

Le projet de rénovation-agrandissement des tours General Electric à la tête du Pont de Sèvres - CR ateliers D. Perrault

Le PLU actuel n’a cependant que huit ans d’âge, soit à peine  l’âge de raison, et le nouveau PLU ne prendra pas en compte les révisions simplifiées déjà votées et l’île Seguin en particulier. S’il faut en moyenne pour des villes de la taille de Boulogne environ sept ans pour réviser un PLU, M Baguet souhaite que celui-ci soit prêt avant la fin de son mandat, fin 2013. Trois ans au lieu de sept, c’est bien court ? d’autant que la présentation du cabinet François Leclerq, architecte urbaniste, missionné pour la révision du PLU n’a pas été vraiment convaincante malgré la qualité des cartes et des diapositives. De nombreuses portes ouvertes, réouvertes ; des conclusions qui montrent une connaissance pour le moins partielle de la réalité du terrain et des présentatrices qui, au-delà de la maîtrise de la poésie architecturale, paraissaient un peu dépassées par leur sujet.

Les questions des conseillers ont essentiellement porté sur la pertinence de la révision et sur certaines opérations en cours ou envisagées : hauteur des bâtiments, cohérence de l’ensemble, modifications partielles… et l‘île Seguin.

La maquette du projet actuel de l'île Seguin - CR SAEM Rives de Seine

MM. Baguet et Mougin ont ensuite défendu le projet Nouvel. Près de 140 Millions d’euros ont été dépensés depuis 2003 (le détail de ce montant aurait été intéressant car on ne sait plus ce qui ressort de l’ investissement, de l’avance de trésorerie, des études…) et pour  M Baguet, la crédibilité de la Ville se joue actuellement sur l’aboutissement de l’aménagement de l’ile Seguin. Un aménagement qui il est vrai, a déjà subi bien des avatars et des recours et dont la densité de construction proposée  permettra d’assurer l’équilibre financier.  Inutile de revenir sur  les « détails » : hauteur des tours (140m et 100m), densité de construction (140 00 m² d’activités « culturelles », 190 000 m² de bureaux), station de métro du Grand Paris…  ou sur l’ambition d’un projet que l’on peut aimer ou détester, mais qui va sans conteste et quelle que soit son issue, changer la face de Boulogne et ses finances.

Vendredi. Dernière étapes dans cette folle semaine d’un conseiller de quartier, la fête des voisins. J’avais en effet proposé d’accompagner nos deux élues du quartier 6 dans la tournée des pots organisés par les habitants auxquels la Mairie fournissait magnums de Bordeaux et petits matériels. Huit visites  et près de trois heures plus tard, je ne sais plus combien de mains j’ai serrées, combien de sujets j’ai abordés, combien de verres j’ai bus (jus de fruits entrecoupé de Bordeaux) et combien de kilos j’ai pris ce soir-là.
Non, je ne regrette rien, car je sais maintenant ce que la vie d’un élu exige d’endurance, de persévérance, de patience…

Merci à vous, d’avoir eu aussi la patience de me lire jusqu’ici et… si vous habitez le quartier 6, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques, suggestions et doléances en vous souvenant que je ne suis qu’un bénévole, nommé, au service de sa Ville.

The following two tabs change content below.
Avatar

steph

Boulonnais depuis bientôt 35 ans, j'y ai fait venir ma femme qui ne quitterait plus la ville pour un empire. Avec elle nous avons déménagé deux fois à BB et donné le jour à deux enfants, eux aussi boulonnais. et nous venons d'y prendre notre retraite. Conseiller de mon quartier depuis 2003, j'essaye de participer le plus possible à la vie de BB. La rencontre avec mes complices de l'e-bb me permet de vous faire bénéficier de tous nos bons plans et de notre passion pour cette ville. Si vous croisez un homme aux cheveux blancs tiré par un chien encore plus blanc, il y a de forte chance pour que ce soit moi.