TWLVE, sacré il y a deux ans au Tremplin Go West, sort Sun Bats, un EP aux consonances sombres et captivantes comme un soleil noir. Rencontre avec Alban Medjdoub, chanteur et leader du groupe.

TWLVE assume ses influences et trace sa voi(x)

Alban, Antoine, Edouard et Grégoire ont formé TWLVE en 2015

Le groupe TWLVE, formé en 2015, s’inscrit, comme son nom l’annonce, en droite ligne des rockeurs alternatifs des années 90. On compare leur musique à celle de Radiohead (période The Bends) ou d’Oasis. Est-ce à cause de la fusion entre les mélodies pop et les guitares saturées ? Ou bien encore pour la voix torturée du chanteur Alban Medjdoub, sorte de confluent entre Liam Gallagher et Thom Yorke ?

Les nouveaux morceaux qui composent cet EP ont fait le meilleur choix : celui de ne pas choisir. Des atmosphères psychédéliques et imprégnées de surf music des années 60 aux ambiances sombres du rock indépendant de la décennie 90 et suivantes, des Beach Boys à Queens of the Stone Age, TWLVE ne se refuse rien et c’est une des grandes réussites de ces nouveaux morceaux.
Les guitares hurlent ou chantent, la voix est tour à tour brutale ou lancinante, sombre et lumineuse, les rythmes s’alternent en se brisant les uns les autres au gré de ruptures étonnantes mais jamais gratuites, comme si les chansons se voulaient les illustrations sonores d’un scénario de film – plutôt macabre, si l’on en juge par le clip accompagnant « Murder in the pool ».

Un opus catharsis

Rencontre avec Alban Medjdoub, chanteur et leader du groupe.

Tribute to Eleven

e-bb : Lors de notre première rencontre, le groupe s’appelait Soma. Pourquoi est-il devenu TWLVE ?
Alban Medjdoub : De la religion à l’astrologie, en passant par le cadran de l’horloge et le cinéma, le nombre douze est chargé de symbolisme et occupe une place importante dans mon imaginaire depuis l’enfance. Lorsque nous avons terminé l’enregistrement de nos trois premiers singles en 2015, deux mois après la formation du groupe, le choix d’un nom définitif s’est imposé. C’est en repensant à Eleven, le groupe formé par Alain Johannes et Natasha Schneider au début des années 90 que l’idée m’est venue pour TWLVE.

La confluence des rocks

e-bb : Votre titre « Me & Arrow » renvoie aux sonorités rock alternatives du milieu des années 90, notamment des premiers albums de Radiohead. Le son des guitares et la manière de faire traîner les notes dans la voix font penser à Liam Gallagher et à Oasis. Outre ces groupes anglais, quelles sont vos influences ?
Alban Medjdoub : Radiohead et Oasis reviennent souvent quand on nous parle de nos morceaux. Bien que le rock du début et milieu des années 90 soit une indéniable source d’inspiration pour nous, nos influences viennent d’une plus grande variété d’époques et d’artistes. Pour Sun Bats nous avons imaginé notre musique comme une rencontre entre cette influence indé 90’s et des sonorités de surf et de psyché 60’s.

Cette sorte de nostalgie, qui constitue la base de notre culture musicale, n’a cependant jamais étouffé notre curiosité pour tout ce qui s’est fait plus récemment et se fait aujourd’hui. Les artistes de nos années collège/lycée comme Queens of the Stone Age, Air, The Strokes, Arctic Monkeys, les White Stripes et toute la scène psych/garage actuelle de Thee Oh Sees, Ty Segall, King Gizzard… influencent quotidiennement notre style et notre façon de composer.

Pour ce qui est du chant, Lennon, Cobain et Gallagher ont grandement influencé ma perception de la mélodie et du placement de la voix dans le rock. Cette façon de brailler des mélodies pop dans des guitares saturées. Je trouve ça extrêmement touchant et diablement efficace !
TWLVE

Sun Bats, l’EP de TWLVE, comporte six titres

Soleil noir

e-bb : Dans « Sunbats » et « Red door » les ambiances sont très cinématographiques avec plusieurs ruptures de rythme et des atmosphères changeantes. Êtes-vous influencés par l’image dans votre manière d’écrire et de composer ? 
Alban Medjdoub : L’image a effectivement une influence déterminante dans l’écriture et la composition. Sans aller jusqu’à dire que la musique naît de l’image, il y a toujours une humeur, des couleurs et une sorte de scénario abstrait qui se font sentir dès les premiers stade de la composition. Parfois le texte et le chant orientent la direction des arrangements, mais l’inverse peut se produire aussi.

Le cinéma occupe une place primordiale dans le développement de l’imaginaire musicale. J’ai été profondément marqué par la façon dont la musique rythme l’image dans le cinéma de Kubrick. Egalement des films comme « Fear and Loathing in Las Vegas », et plus récemment « Only Lovers Left Alive » m’inspirent dans l’association d’une musique à une situation ou un sentiment.
Pour « Sun Bats » je me faisais l’idée d’une course nocturne à pleine vitesse qui finirait sans doute mal. Mais sans références cinématographiques précises en tête.

Sun Bats

e-bb : C’est Sun Bats qui donne son titre à l’album, pourquoi ?
Alban Medjdoub : Le titre « Sun Bats » est la première idée qui m’est venue, avant même d’avoir débuté la composition des titres de l’EP. Cette image me plaisait et correspondait à l’ambiance et l’esthétique que j’avais en tête pour ce projet. Une musique de nuit, des thèmes et des sonorités sombres donc, mais avec une énergie forte et des refrains ensoleillés.

e-bb : Sombres en effet sont les titres et les textes de « Deadrats », « Red door » ou encore « Sunbats ». Sans compter le clip de « Murder in the pool ». Cet esprit reflète-t-il votre vision du monde ? 
Alban Medjdoub : Les titres des morceaux et les thèmes abordés dans cet EP sont plutôt sombres. Mais ils relèvent d’avantage d’une volonté de catharsis que d’un manifeste sur ma vision du monde. J’exprime des peurs et des fantasmes qui naissent du quotidien et de ce que mon imagination m’y fait voir. Mais je n’écris jamais de manière explicative et préfère rester flou pour laisser le plus de place possible à l’imagination de la personne qui écoutera.

 

Malgré ses thématiques et ses atmosphères pessimistes, Sun Bats propose donc à l’auditeur une invitation à voir plus loin que le noir immédiat. Son titre à cet égard est à la fois jeu de mots et antithèse. Plus que la chauve-souris, dans cet EP de TWLVE, c’est peut-être le soleil qu’il faut voir.

Sun Bats,TWLVE, Bucket of Blood. Ecoute et téléchargement sur Bandcamp.

Tristan Leroy

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?