Alexis de Tocqueville

Pourquoi assister à des lectures publiques de textes d’auteurs, quand on est « encore » en état de les lire soi-même ?

Les participants à la lecture de textes de Tocqueville, donnée au TOP lundi 16 janvier, répondraient certainement qu’ils ont une vision nouvelle, plus synthétique, plus vivante de cet auteur politique du 19éme siècle, depuis qu’ils en ont entendu des extraits, dits par Dominique Pinon.
Magie du comédien, cette lecture commença sur un ton assez neutre, avec une diction claire, pour finir de manière passionnée quand Tocqueville parle de lui, ses doutes, ses espérances. Ce n’était plus un comédien lisant un texte, mais l’auteur qui nous parlait directement de sujets qui nous concernent aujourd’hui.

On a connu  Dominique Pinon, dans des rôles étranges et inquiétants ou carrément comiques.  Il  s’est moulé, de façon surprenante, dans la peau  de cet aristocrate cultivé du 19 éme  siècle.

Le choix des textes et les commentaires très éclairants de Pierre Manent, spécialiste de l’histoire de la philosophie politique à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, nous permirent  de nous faire une idée assez claire des certitudes, des anticipations, des inquiétudes d’un auteur, plus souvent cité que lu.
« L’humanité est emportée vers des rivages inconnus »…car la « démocratie est une mise en mouvement de la société ». Mais la démocratie doit éviter principalement deux perversions ; la maladie de l’individualisme et le despotisme démocratique. Elle risque aussi de ne pouvoir donner qu’un sentiment d’égalité, plutôt qu’une véritable égalité des conditions.
A.de Tocqueville, assez oublié pendant plus d’un siècle, a retrouvé une grande actualité, depuis la fin  des utopies totalitaires. Il avait su anticiper les principaux périls de la démocratie.
Il n’avait pourtant pas imaginé qu’elle puisse aussi se pervertir en simples techniques de communication ou « éléments de langage » !

Prochaines lectures

Raymond Aron, 13 février, lu par Nicolas Pignon
Hannah Arendt, 12 mars, lue par Christiane Cohendi

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)