Alors que le chantier de rénovation du musée-jardin Albert Kahn est engagé, l‘association des Amis du jardin Albert Kahn (AMJAK) s’inquiète de certains éléments du projet. Ses membres contestent le parti-pris architectural. Ils ont par ailleurs demandé le classement des jardins.

L’Association des Amis du musée et des Jardins Albert-Kahn s’est félicitée du projet de rénovation-extension initié par le Conseil Général des Hauts-de-Seine, qui va permettre le déploiement des collections du musée et offrir des espaces de travail remis aux normes à l’équipe qui se consacre au patrimoine légué par le banquier mécène. Cependant la mise en œuvre du projet interpelle et suscite de vives inquiétudes.

Un jardin poétique et silencieux où se rencontrent les cultures.

Cet espace empreint de sérénité, situé sur la rive droite de la Seine vit le jour avant la guerre de 1914. Albert Kahn (1880-1940), banquier philanthrope, homme cultivé, épris de paix, militant pour le rapprochement des cultures du monde, consacra sa fortune au financement de voyages à la découverte des pays avec lesquels les Européens avaient encore des contacts restreints.

Albert Kahn  cr Cg92

Albert Kahn
cr Cg92

Les jardins Albert Kahn sont une autre manifestation de l’esprit qui animait ce philanthrope. Les parcelles qui le constituent sont autant de visions de l’art des jardins par les différents peuples du monde. C’est un lieu de culture et de méditation sur l’ouverture à l’Autre. Ses réserves abritent le fruit des voyages de découverte réalisés grâce à son mécénat : « les Archives de la Planète »

L’AMJAK favorable à un projet de rénovation et d’extension

L’Association des amis du musée et des jardins Albert-Kahn est née au printemps 2011. A l’annonce par le C.G. 92 d’un projet de concours d’architectes, l’AMJAK a manifesté son intérêt pour la valorisation des collections des « Archives de la Planète » et sa vigilance sur la protection de ces jardins qui ne bénéficient à ce jour d’aucun classement au regard de leur valeur patrimoniale.

Après les résultats du concours en 2012, gagné par l’architecte japonais Kengo Kuma, associé au paysagiste Michel Desvigne, l’AMJAK a sollicité à plusieurs reprises des informations du C.G. 92 sur le contenu exact des travaux de rénovation et sur l’impact relatif aux jardins. Des parcelles non constructibles, propriété de la ville de Boulogne, ont été reclassées par le préfet. Les bâtiments appartenant au C.G.92 , ce qui reste le long du côté pair de la rue du Port, ont été détruits à l’automne 2014, libérant ainsi les terrains nécessaires pour accueillir un bâtiment neuf de 13,50 m de haut sur 100m de long dans le prolongement de l’actuel musée, sur une superficie de plus de 2300 m2. de plancher construit.

Le permis de construire (PC) a été délivré par le Maire de Boulogne-Billancourt en date du 21 août 2014. Certains éléments de ce dossier ont amené l’AMJAK à déposer un recours gracieux le 30 octobre 2014 auprès de M. Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt, signé conjointement par trois associations :

  • L’Association des Amis du musée et des Jardins Albert-Kahn ;
  • L’Association pour la Sauvegarde et la Mise en Valeur du Paris Historique ;
  • La Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France.

 

L’action de l’AMJAK pose le principe de la sauvegarde des jardins en vertu des références à deux textes fondamentaux : la Charte d’Athènes (1931) et la Charte de Florence pour la Sauvegarde des Jardins Historiques (1982)

Les bâtiments de la rue du Port jouxtant le site ont été rasés - CR AMJAK

Les bâtiments de la rue du Port jouxtant le site ont été rasés – CR AMJAK

L’inquiétude des membres de l’AMJAK a été déclenchée par la lecture de la « Notice sur le parti paysager » de MDP (Michel Desvigne Paysagiste). Cette notice, partie du dossier PC, présente une certaine discordance avec les plans d’architecte du PC. De plus, MDP énonce « sa vision du jardin », « sa perception » et semble ignorer l’esprit du créateur et s’affranchir de l’aspect patrimonial du site créé par Albert Kahn. Une identité japonaise omniprésente, contraire à l’esprit du créateur, semble mise en avant comme thème central de l’extension et de la rénovation du site.

Photos Amjak   nov-2014 travauxLes scènes paysagères définies par Albert Kahn s’en trouvent profondément modifiées, voire défigurées, et les séquences visuelles perturbées, notamment dans les parties Palmarium, Jardin à la française et Jardin anglais. L’implantation du nouveau bâtiment va rompre la fragile osmose établie depuis un siècle, et les végétaux souffriront de cette rupture de l’équilibre écologique. Si la nouvelle surface d’extension est sans nul conteste utile pour les expositions et pour les collections permanentes, conforme à la vocation des « Archives de la Planète », l’installation d’un restaurant de 60 couverts ouvrant sur les jardins, qui va générer une pollution visuelle et sonore, n’est pas justifiée, car elle sera susceptible de créer, par les nombreux convives qu’il pourrait attirer, une pression démographique que ce jardin aux dimensions modestes ne peut supporter !

Un bâtiment massif ne s’intégrant pas dans le tissu urbain du quartier

Esprit zen Projet de rénovation du musée départemental Albert-Kahn, Boulogne-Billancourt Un engawa. Cet élément traditionnel de l’architecture japonaise, transition entre l’intérieur d’une maison et l’espace public, est au coeur du projet de rénovationdu musée départemental, un projet signé par l’architecte Kengo Kuma. Son principal élément, un nouveau bâtiment qui comprendra trois niveaux et sera dédié aux expositions permanentes et temporaires sur une surface de 2 300 m2. Les travaux s'échelonneront de janvier 2015 à juillet 2017. Projet : Kengo Kuma & Associates

Cet engawa, élément traditionnel de l’architecture japonaise, transition entre l’intérieur d’une maison et l’espace public, est au cœur du projet de rénovation du musée départemental, signé par l’architecte Kengo Kuma. -CR Kengo Kuma & Associates

L’aspect du bâtiment neuf tel qu’il est proposé présente des surfaces élevées, métalliques du côté de la rue du Port, et en bois et verre du côté intérieur du jardin. La massivité du bâtiment n’est pas en proportion avec l’aspect intime et délicat, finement ciselé des jardins (à peine 4 Ha) créés dans un milieu urbain. Le « geste architectural » n’a pas tenu compte de l’historique de ce quartier de Boulogne-Billancourt, un faubourg artisanal et industriel du XIXème siècle. Tout un pan de l’histoire et du travail des Boulonnais est ainsi nié.

La demande de l’AMJAK : une rénovation raisonnée, respectueuse de l’esprit du fondateur des jardins et le classement en urgence par les instances patrimoniales

L’AMJAK propose une réflexion ouverte auprès des habitants de Boulogne-Billancourt et du département des Hauts-de-Seine afin d’aboutir à une rénovation-extension respectueuse de l’esprit du fondateur du lieu, et de son projet de dialogue et de conciliation des civilisations. Un dernier point et non des moindres concerne l’accès à ce lieu patrimonial : un trop grand nombre de visiteurs risque d’endommager cet espace végétal dont l’équilibre est très fragile.

A ce jour l’AMJAK a réalisé un recours gracieux avec une liste de questions non-exhaustives, et demande le classement des Jardins Kahn en urgence au titre des sites ou des monuments historiques, conformément aux souhaits exprimés lors de la célébration du centenaire de la loi de 1906 pour la protection des Sites par Madame la Ministre de l’Écologie et du Développement Durable en 2006.

Dernières nouvelles et inspections diligentées par les ministères concernés

L’association Paris Historique a publié un article, « Un avenir incertain pour les jardins Albert-Kahn », dans la revue « Paris Historique » n° 110, de décembre 2014. La vidéo du débat Café-Patrimoine est en ligne sur le site de l’association.

Sollicitées par le Président de l’Association, les ministres de l’Écologie, du Développement Durable et de la Culture ont diligenté une inspection conjointe du site. Le rapport des deux inspecteurs missionnés vient d’être rendu fin février aux autorités compétentes.

C.Chadefaud, secrétaire générale Amjak

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?