« Absence justifiée » serait, nous dit-on, l’autre titre du roman de Virginie Lominet. L’auteure sera pourtant bien présente au prochain Salon du livre de Boulogne-Billancourt ce week-end.

 

Rompue à publier des messages efficaces sur les réseaux sociaux, celle qui s’exprimait en 140 caractères sur Twitter en bonne pionnière du métier de CM,* a dû produire un effort de rédaction supplémentaire bien au-delà de ses habitudes.

Virginie Lominet

Virginie Lominet signe Le Mal Amour

Qu’importe, on n’a qu’une vie et celle de Virginie Lominet, avant d’entrer dans cette phase d’écriture ou parenthèse professionnelle, a été bien remplie.

Autobiographique (ou pas) ? !

Ce Mal amour est un premier roman dont on perçoit une forte dimension autobiographique. Le récit ne jette pas seulement un coup d’œil dans le rétro sur une post-adolescence douloureuse. Ces 157 pages font état de l’amour improbable de deux êtres finalement très seuls ensemble. Respectivement, lui est en proie à une maladie, la bipolarité, elle à un symptôme, l’agoraphobie.
En y regardant mieux, on comprend bien que le symptôme et la maladie sont des personnages de l’histoire en tant que tels. Ramené à la dimension quotidienne, ce récit, tissé de moments aussi profonds que cocasses, ne tombe jamais dans l’examen clinique, mais nous fait entrer dans l’intimité du jeu de la vie, de jeunes gens mal armés, pour qui l’inéluctable est permanent.
Le Mal amour, de Virginie Lominet aux éditions Kawa 2015, 22,95 euros
 *Community Manager
The following two tabs change content below.

La Roue Tourne©

Derniers articles parLa Roue Tourne© (voir tous)