Depuis 1960, 1532 jeunes lauréats ont été soutenus par la Fondation Bleustein–Blanchet, fondateur de Publicis.
Parmi eux 11 artistes*, récompensés en 2017, sont exposés collectivement pour la première fois dans les trois Galeries ** associées sous le label « Carré sur Seine » et ce jusqu’au 21 janvier »
« Vocations » c’est le nom de cette exposition, rassemble plusieurs générations de plasticiens, peintres, photographes ou un peu des trois, ils représentent des facettes contrastées de l’art contemporain.

Découvrir jusqu’au 21 janvier les univers exigeants des lauréats 2017 de la fondation Bleustein-Blanchet

 

Une simple ballade, agréable et stimulante, entre les trois galeries voisines permet d’approcher un peu leur univers, souvent nostalgique, parfois sombre, toujours exigeant.
Nous ne pouvons pas tous les citer, ni en établir un catalogue.
Mais c’est aussi en flânant, en arrêtant votre regard sur une œuvre, en passant rapidement sur telle autre qui ne vous parle pas ou pas encore, que vous prendrez plaisir à de belles découvertes.
Ainsi les coqs perplexes de Philippe Schlienger peuvent vous amuser ou vous irriter, mais leurs couleurs flamboyantes arrêteront forcément votre regard .

Philippe Schlienger – Coqs- ed Assouline

Les pastels secs d’Emmanuelle Pérat, montrant des métiers à tisser abandonnés, souvent démantelés, peuvent susciter une nostalgie de nos industries traditionnelles ; mais vous serez séduits par la subtilité de ses couleurs pastels et la composition presque cubique de ses scènes intimes.

Emmanuelle Perat – Pastel

Les visages durs, marqués par l’histoire tragique de ces femmes algériennes, peintes par Dalila Dalléas Bouzar ne peuvent pas vous laisser indifférents.

Dalila Dalléas Bouzar – Femmes algériennes

Touchez, tentez de faire basculer, de redresser les sculptures en acier d’Ulysse Lacoste.
Elles retrouveront toujours leur point d’équilibre. L’harmonie très simple de leurs formes découle de la grande rigueur géométrique de leur composition.

Il faudrait parler aussi des photos poignantes de Céline Anaya Gautier, de populations Haïtiennes en exil et en quasi esclavage.

 

Et  si vous alliez découvrir ces lauréats Bleustein-Blanchet pour revenir nous en parler ?

Et si vous alliez en juger par vous même ?
Et si vous transmettiez votre vision, nécessairement différente de la mienne, à  contact.ebb@gmail.com  qui pourrait la publier. Cela pourrait amorcer de bons débats entre nous !
Sur ce sujet ou sur d’autres 

*Artistes exposés :

Céline Anaya Gautier, Laurent Bichaud, Serge Bois-Prevost, Dalila Dalléas Bouzar, Viviane Dalles, Ulysse Lacoste, François Nussbaumer, Liam Sy Paquemar, Emmanuelle Pérat, Philippe Schlienger, Ilann Vogt

**Galeries :

Galerie Exit Art Contemporain
2 Place Denfert Rochereau

Galerie Mondapart
80 rue du Château

Voz’ Galerie
41 rue de l’Est

 

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)