En ce deuxième  week-end d’octobre,  Boulogne-Billancourt  redevient Boulogne-sur-Seine à l’occasion de la 8ème édition de Voiles en Seine, la sympathique régate pour étudiants que le club boulonnais Voiles de Seine organise depuis 2011 .  Les précédentes éditions de cette grande fête de la voile ont eu lieu à l’île Monsieur côté Sèvres mais cette année pour la 1ère fois nous sommes à Boulogne quai Alphonse Le Gallo. La paillote Jungle River nous offre un camp de base idéal avec une vue imprenable sur la Seine.

 Premier jour de Voiles en Seine pour les 8 équipes universitaires engagées

Il est 9h00. Pendant que les étudiants s’inscrivent avec Maxime et Julien, les organisateurs et les bénévoles s’affairent. Il faut gréer les voiliers, 4 SB20 et 2 Open 5.7, mouiller les bouées et préparer le bateau comité avec son mât et tous ses pavillons pendant que Nina et Alexia préparent des cafés et des croissants pour tout le monde..

Franck en train de préparer le bateau du comité

8 équipes universitaires sont engagées : 
Isep 1 -Isep  2 expertime – Essec Paris Dauphine – Icam-  Paris 1 -Pantheon-Sorbonne les gabiers – Edhec 1- Edhec 2
En tout, pas moins de 80 étudiants vont se relayer tout le weekend sur les bateaux ! Avec les organisateurs à terre et sur l’eau, les bénévoles, les arbitres, la sécurité civile et le comité de la fédération, on doit être pas loin de 100. Marie-Laure et Anatole font des sandwichs à tour de bras pour ravitailler tout ce monde !
Il faut aussi préparer les pavillons. Des bleus, des jaunes, des rouges, des blancs, des rayés jaune et rouge et d’autres encore. Il y en a pour les concurrents, pour les arbitres et pour le comité de course. Tout ça me parait très compliqué. Mais il va falloir que je comprenne et vite car je ne suis pas ici en touriste,  je suis assesseur sur le bateau comité, c’est-à-dire que  j’assiste Roland, le président du comité de course, en tant que préposé aux pavillons, au chronomètre et à la corne de brume. Avec Franck, l’autre assesseur, nous serons sur le bateau comité pendant toute la régate pour assister Roland pendant les procédures de départ (et accessoirement être aux premières loges pour l’e-bb !).
C’est l’heure du briefing, Emmanuel Cocq Hougard, le président du club, souhaite la bienvenue à tous et annonce que cette année les équipages vont s’affronter en duel, en « Match Race ». Puis il passe la parole à Roland qui commence par demander qui a déjà fait du « Match Race. » Aucun équipage ne se manifeste donc je ne vais pas être le seul à découvrir ça aujourd’hui !
Chaque duel comporte un bateau bleu et un bateau jaune, une couleur qui sera matérialisée par un pavillon accroché à un hauban. La ligne de départ est constituée à bâbord par une bouée et à tribord par le bateau comité.
Rappelons ici que « tribord » c’est le côté droit dans le sens de la marche et « bâbord » le côté gauche comme dans le mot « batterie ».

Roland au briefing

 

Rappel des procédures de départ de Voiles en Seine

 

Roland commence par présenter la procédure de départ qui dure 17 minutes pendant lesquelles 3 duels vont être lancés tour à tour à 5 minutes d’intervalle : 

17 : pavillon « attention » envoyé (hissé) et coup de corne –16 : pavillon « attention » affalé (baissé) –15 : pavillon « avertissement numéro 1 » envoyé et coup de corne. C’est le début de la procédure pour le 1er duel –14 : pavillon « préparatoire » envoyé et coup de corne. Les bateaux du 1er duel ont alors 2 minutes pour franchir une ligne (côté bateau comité pour le bateau jaune et côté bouée pour le bateau bleu) et franchir la ligne de départ en sens inverse. –11 : pavillon « préparatoire » affalé et coup de corne. Les bateaux du 1er duel doivent être derrière la ligne de départ –10 : pavillon « avertissement numéro 1 » affalé et « avertissement numéro 2 » envoyé. C’est le départ pour le 1er duel et le début de la procédure pour le 2ème.

Et on continue :  -9 : pavillon « préparatoire » envoyé et coup de corne. -6 : pavillon « préparatoire » affalé et coup de corne. -5 : pavillon « avertissement numéro 2 » affalé et « avertissement numéro 3 » envoyé.C’est le départ pour le 2ème duel et le début de la procédure pour le 3ème. –4 : pavillon « préparatoire » envoyé et coup de corne. -1 : pavillon « préparatoire » affalé et coup de corne.  0 : pavillon « avertissement numéro 3 » affalé.  C’est le départ pour le 3ème duel .

Ce n’est pas fini, Roland présente le parcours. On a de la chance aujourd’hui car le vent est dans l’axe de la Seine. La bouée au vent est près du pont de Sèvres et la bouée sous le vent est à mi chemin entre le pont de Sèvres et le pont de Saint Cloud.
Une fois en course, les bateaux devront rejoindre la bouée au vent, tourner autour en la laissant à tribord, puis rejoindre la bouée sous le vent, tourner autour en la laissant aussi à tribord, rejoindre encore une fois la bouée au vent, tourner autour en la laissant toujours à tribord et foncer droit sur la ligne d’arrivée qui se trouve pas loin après le bouée sous le vent,  juste en face de la paillote pour assurer le spectacle !
Puis les arbitres Christophe, Baptiste et Bernard, qu’on appelle des « umpire » (à prononcer à l’anglaise « unmpailleur ») prennent la parole. Ils sont 3 et chacun sur un Zodiac ils vont pister le respect de la procédure de départ et le respect de règles de régate. 
Le « Match Race », c’est un duel où on pousse l’adversaire à la faute et ça commence dès la procédure de départ. Si le bateau bleu arrive à pousser à la faute son adversaire jaune, il doit brandir un drapeau Y (rayé jaune et rouge). Les umpires peuvent alors dire qu’il n’y a pas faute en levant un drapeau vert ou confirmer la faute en brandissant un drapeau jaune. On peut prendre jusqu’à deux pénalités avant le départ mais bien sûr on ne peut les « réparer » qu’après le départ en faisant un tour complet par pénalité. Dans un « Match Race », 80 % de la course se fait avant même le départ ! Attention, la 3ème pénalité vaut élimination. C’est le pavillon noir.

Deux pénalités pour jaune

Pour conclure Roland conseille aux étudiants de se répartir les rôles : -un équipier pour suivre le chronomètre afin de franchir la ligne de départ dans le timing (et dans les 2 sens si vous avez suivi :-) -un barreur -un équipier pour surveiller les signaux du bateau comité -un équipier pour surveiller l’autre bateau
Tout ça me paraît assez compliqué et je vous remercie d’avoir tenu jusque là cher lecteur !
Un petit sondage me rassure, nos régatiers ont l’air d’avoir compris ! Ne sont-ils pas tous de brillants étudiants ? C’est alors qu’un groupe de retardataires arrivent … Il va y avoir de l’improvisation sur l’eau !

Les consignes de sécurité et leurs applications immédiates 

Côme présente alors les consignes de sécurité. Ça c’est simple : les péniches montantes (vers Paris) naviguent près de Boulogne donc tout le monde a pour consigne d’aller côté Sèvres lorsqu’une péniche montante passe. Et inversement en cas de péniche descendante toute le monde a pour consigne d’aller côté Boulogne. Rappelons ici que les péniches sont prioritaires !
Tout le monde a compris ? Pas de question ? A vos bateaux !
Pendant que les étudiants s’échauffent en tirant leur premier bords, Franck, Roland et moi prenons place à bord du Zodiac comité. Les 3 Zodiacs des umpires et les 2 Zodiacs de sécurité appareillent. Ça fait du monde sur l’eau ! Nous nous positionnons au milieu de la Seine pour matérialiser le côté tribord de la ligne de départ. Nous mouillons et coupons le moteur. Rappelons ici que pour les marins, « mouiller » c’est « mouiller », pour les autres c’est « jeter l’ancre. » 
Dans ces conditions il n’est pas facile de respecter les règles de sécurité de Côme (tous côté Sèvres en cas de péniche montante ou tous côté Boulogne en cas de péniche descendante) mais cette subtilité nous échappe et nous lançons la 1ère procédure de départ.
C’est alors que nous entendons Côme hurler  à la VHF «   péniche descendante, péniche descendante, tous les bateaux côté Boulogne. » Franck, Roland et moi nous regardons. Qu’est ce qu’on peut faire ? La péniche nous arrive droit dessus. 
Un Zodiac, c’est manoeuvrant. Le capitaine de la péniche ne peut pas savoir que nous sommes au mouillage et moteur coupé. Et en plus il est prioritaire. Ouf il bifurque à temps. Nous voyons le mur de métal défiler sous nos yeux à quelques mètres à peine.

Le mur de métal nous frôle …

La précarité de notre situation nous apparait maintenant dans toute son évidence alors nous récupérons notre mouillage, démarrons le moteur et mouillons à 2 m à peine d’une péniche côté Sèvres. La ligne de départ fait maintenant toute la largeur de la Seine ce qui fait beaucoup pour 2 bateaux mais cette fois nous sommes en sécurité !
Les procédures peuvent enfin commencer. Du coup elles sont simplifiées, les bateaux doivent juste franchir la ligne d’arrivée en sens inverse dans les 2 minutes après l’envoi du signal « préparatoire » et la franchir dans le bon sens lorsque le signal « avertissement » est affalé.
Ça n’empêche pas qu’il y ait un peu de confusion sur l’eau… On a vu ainsi un concurrent franchir la ligne de départ non pas 1, ni 2, ni 3 mais 4 minutes après son adversaire ! Tout le monde n’est pas à l’aise avec le Spi non plus. Mais on voit tout de même de beaux duels. 

Duel entre deux SB20

 Deux Open 5.70 au coude à coude

 

Le vent mollit alors Roland demande à Mikael, le mouilleur, de rapprocher la bouée au vent pour que le temps de parcours soit à peu près le même, environ 13-14 minutes
Voiles de Seine est un club branché, les résultats sont mis en direct sur le site matchracingresults.com. Les autres matchs suivis par le site ont lieu à Sydney, à NewYork, à Auckland ! 
Les procédures s’enchaînent malgré les péniches qui nous perturbent. Le matériel tient bon. Yann, un moniteur de voile venu de Lorient aider Voiles de Seine à s’occuper des bateaux ne déplore que quelques soucis de manille et une latte de pataras dévissée. Entre chaque procédure, Olivier et Charles-Henri sur les Zodiacs « rotation » permutent les équipages du ponton vers les bateaux. Le but est que toutes les équipes se rencontrent en changeant de bateau et de couleur jaune ou bleue. En tout aujourd’hui, pas moins de 20 duels ont lieu ! tous les équipages se sont rencontrés, c’est le « Round Robin. » 

Belle arrivée sous Spi

Puis vient le moment du retour vers 18h. La journée se termine par une bonne bière à la paillote. Je sonde les étudiants :  «  super journée !  – super temps !  – bien organisé »  mais aussi  «  procédures un peu floues – pas facile de régater entre les péniches » …

 Beau temps  au rendez-vous de la deuxième journée de Voiles en Seine

La journée commence sous les meilleurs auspices car la pluie annoncée est reportée à plus tard et le vent est toujours dans l’axe de la Seine ! Il faut tout d’abord réparer la latte de pataras. Ce n’est pas une mince affaire car l’objet est en tête de mat. Il faut commencer par relever la quille avec la « chèvre » et tirer sur le mat jusqu’à le mettre à l’horizontal. Yann peut alors réparer la fixation avec de la ficelle en kevlar.

Réparation de la latte qui tient le pataras

Puis vient le briefing. Cette fois la ligne de départ est matérialisée par 2 bouées et le bateau comité est côté Boulogne et aligné avec ces bouées. Il est donc possible , sans risquer de rencontrer une péniche, de faire la procédure de départ complète avec passage de la ligne bâbord par le bateau bleu et passage de la ligne tribord par le bateau jaune dans les 2 minutes après l’envoi du signal « préparatoire. » 

Roland au briefing du 2ème jour

Il n y a plus que les 4 SB20 en course. Les 2 Open 5.70 sont utilisés pour la promenade. Un papier est distribué aux équipages pour qu’ils sachent qui ils vont affronter et avec quel bateau, c’est la « pairing list » A vos bateaux !
Je suis toujours assesseur sur le bateau comité. Franck, indisponible aujourd’hui, est remplacé par Joël. Les procédures de départ, ponctuées par les coups de corne de Joël, s’enchainent.

Bon départ !

Victoire d’une longueur !

Les étudiants commencent à être rodés mais ça n’empêche pas 2 duellistes de franchir la ligne de départ avec pas moins de 40s d’avance. Roland se dresse les 2 bras levés pour leur asséner une pénalité  à tous les 2  !  Ils devront revenir sur la ligne de départ pour recommencer au début.

Pénalité pour bleue et jaune

A leur décharge, je reconnais que je me mélange parfois un peu les pavillons, pas facile d’être assesseur et en même temps envoyé spécial de l’e-bb ! Le vent forcit, les équipages sont au rappel pour compenser l’effort du vent sur les voiles et Roland demande à Mikael d’éloigner la bouée au vent.

Au rappel !

Il y a moins de péniches qu’hier mais il y en a quand même. L’une d’elle emporte la bouée bâbord de la ligne de départ !

Les derniers instants de la bouée babord

Finales de Voiles en Seine et remise de trophées

 

Puis viennent les demi finales. ISEP 1 gagne son duel contre Paris Dauphine et ICAM l’emporte face à ISEP 2  expertime.
Les finales sont donc : ⁃ finale : ICAM contre ISEP 1 ⁃ petite finale : ISEP 2 expertime contre Paris Dauphine. Les skippeurs sont alors réunis sur un Zodiac pour tirer au sort qui sera jaune.
Les finales se font en 2 ou 3 manches. Celui qui gagne est le premier à marquer 2 points. ISEP 2 expertime bat Paris Dauphine 2-0 tandis que l’ICAM bat l’ISEP 1 plus difficilement 2-1.

Arrivée en seconde position de l’ISEP dans la dernière manche

Après 6 heures sur l’eau, retour sur le plancher des vaches pour la remise des prix. Tout le monde s’affaire pour amarrer, dégréer, ranger les voiles et tout le matériel.
Je sonde un peu les étudiants : « On n’est pas ravi du score mais c’était une super journée !  – Bon vent On attendait la pluie et on a eu un super temps, que du bonheur ! »
La ville de Boulogne a dépêché 2 élus pour remettre les trophées aux équipes. Il y a aussi Marine Hunter une windsurfeuse que le club soutient.
Emmanuel, le président du club, commence par rappeler que Voiles de Seine dispose de 4 SB20 et de 4 Optimist et que des cours de voile sont organisés toute l’année à Boulogne. Il y aura bientôt des lasers aussi.
Bertrand-Pierre Galey, maire adjoint, évoque un programme de réaménagement des berges de la Seine pour en faire un espace de promenade accessible à tous.
Sébastien Poidatz, conseiller municipal aux sports et passionné de voile, nous rappelle tous les équipements sportifs que la ville met à disposition des boulonnais.
Enfin Roland, le président du comité de course avec qui j’ai passé sur l’eau une bonne partie du weekend remercie les étudiants d’avoir été sport, reconnaît que le « Match Race » ce n’est pas facile et les encourage à continuer pour progresser.

Emmanuel annonce alors le classement final :  8ème : EDHEC 2 7ème : EDHEC 1 6 ème : ESSEC 5ème : Panthéon-Sorbonne les gabiers 4ème : Paris Dauphine 3ème : ISEP 2 E

ISEP 2 expertime 3eme

ISEP – ISEP 1 – 2ème

 ICAM le vainqueur 

 

Il est 18h la journée se termine dans la paillote et dans une bonne ambiance. Enfin elle n’est pas fini pour tout le monde car il faut encore grûter certains des bateaux, les mettre sur des remorques, ranger les 20 VHF, démonter les banderoles, etc. Certains vont bosser jusqu’à 22h !
Ce projet de réaménagement des berges de Seine m’intrigue alors je questionne Bertrand-Pierre Galey, l’adjoint au maire. Il me dit que nous sommes au port de Boulogne Legrand géré par l’établissement portuaire HAROPA (qui gère aussi le port du Havre, de Rouen et les autres ports de Paris) et qu’une campagne d’information et de concertation commencera en novembre à la mairie. Tout en maintenant l’activité portuaire, il est souhaité de créer des promenades, des bars, et bien sûr un espace pour Voiles de Seine afin que les Boulonnais se réapproprient la Seine. 
J’ai hâte de voir ça. En attendant, grand merci à Voiles de Seine pour l’organisation de cette grande fête de la voile unique en région parisienne !

The following two tabs change content below.