À partir du 15 janvier prochain, va se jouer au Palace à Paris, une comédie écrite et produite par un Boulonnais, le comédien Rémi Rosello. L’e-bb a voulu en savoir plus sur cette pièce au titre « ensoleillé », « Welcome à Saint-Tropez« …
Photo 1 HD Rémi Rosello Crédit Sandrine Mercier
e-bb.- Avant de nous parler de cette comédie, pouvez vous nous parler de vous  et de votre parcours professionnel ?
Rémi Rosello.- Très jeune, je n’ai eu qu’une envie, être comédien. J’ai tout de même fait des études de gemmologie et été bijoutier quelques années, mais je n’ai pas pu résister à cette envie. Je me suis donc lancé dans l’aventure ; animateur au Club Med, petits boulots, premier prix au Conservatoire de Versailles où j’étais cantonné dans les rôles de jeune premier ; puis petits rôles à droite et à gauche, pubs à la télé, séries télévisées. Un parcours qui n’était pas facile… Puis un jour j’ai eu envie de me lancer dans le one-man show : j’ai joué entre autres au théâtre des Blancs Manteaux, à celui de La Main D’Or. Et le succès est arrivé.
De là, j’ai écrit ma première pièce « Famille de stars » ; elle a plu à Brigitte Fossey et Philippe Khorsand qui venait d’être nominé aux Molières, et a connu un grand succès. Les choses se sont alors enchaînées ; ainsi j’ai mis en scène Firmine Richard, une des interprètes de « Huit femmes » de François Ozon, la Juliette avec Daniel Auteuil de « Romuald et Juliette ».
Et aujourd’hui, je présente « Welcome à Saint Tropez« , une pièce que j’ai écrite et mets en scène, dans laquelle je joue et qu’en plus je produis, puisqu’avec mon ami le producteur de télévision, Pascal Bataille, nous avons monté Côté Scène Production.

Une comédie enlevée et drôle en ces temps difficiles

 

e-bb. – Quel est le sujet de la pièce ?
Rémi Rosello. – C’est l’histoire d’Astrid Ferrari, une femme très riche, vivant à Saint Tropez dans une villa magnifique. Pour s’occuper, elle monte des projets et a trouvé une occupation : offrir à trois personnes qui sont au RSA, une semaine de vacances chez elle. Mais elle va aller de surprises en surprises : une invitée fait un dessin sur une œuvre d’art à trois cents mille euros, casse un lustre en cristal de baccarat. Il y a aussi un ex DJ du Club Med, un véritable crétin, une roumaine, une rom plus exactement, plus un ami qu’Astrid Ferrari rencontre. Mais au fur et à mesure, on se rend compte que certains personnages ne sont pas ce qu’ils disent être ; ainsi la rom est une journaliste venue faire de l’investigation, l’ami veut lui faire signer un contrat. C’est une comédie que je situerais entre « Les Bronzés » et « Le Dîner de Cons », une comédie enlevée et drôle en ces temps difficiles

 

J’ai toujours aimé entendre rire le public

 

.
e-bb.Comment s’est fait le choix des acteurs ?
Rémi Rosello. – C’est moi qui les ai choisis.
Sandra Zidani correspond exactement au personnage que je voulais, une ex-caissière de super-marché au chômage. Je l’avais vue plusieurs fois dans l’émission de Laurent Ruquier, « On ne demande qu’à en rire », et je pleurais de rire en la voyant. On peut la voir actuellement dans « Le grand partage », aux côtés d’Anémone, Karine Viard, Didier Bourdon entre autres.
Patson a commencé sa carrière par le Jamel Comedy Club, et il a connu une progression de carrière importante puisqu’il est passé ensuite au Gymnase et enfin à l’Olympia. Je l’ai découvert au Gymnase et j’ai aimé son énergie et le personnage qu’il représente.
Delphine Chanéac est une comédienne que j’avais vue à la télé et au cinéma, entre autre auprès de Jean Dujardin et de Jean-Pierre Mocky. Et j’ai tout de suite pensé à elle pour ce personnage.
J’avais repéré Laurence Oltuski dans la série télévisée Soda, où elle joue le rôle d’une mère de famille ; je la trouvais formidable et j’ai pensé qu’il serait intéressant pour elle de passer à celui de jet setteuse sans enfants, s’ennuyant chez elle et riche à profusion.

Affiche Welcome

e-bb.Non seulement vous mettez en scène la pièce que vous avez écrite, mais vous y jouez. Quel rôle tenez vous ?
Rémi Rosello. – Je joue le rôle d’un disc-jokey qui s’est fait virer du Club Med après vingt ans de bons et loyaux services et qui se retrouve à la rue ; il semble être un parfait crétin, mais en fait c’est un faux crétin. Il vient apparemment dans cette villa pour profiter d’une semaine de vacances et vivre aux frais de la princesse. Mais il va se révéler tout autre de ce qu’il semble être
e-bb.- Quels rôles aimeriez-vous jouer ?
Rémi Rosello. – D’abord j’ai toujours aimé entendre le public rire, c’est ma générosité, lui donner pour qu’il rit ; donc je joue des personnages comiques. Mais j’aimerais jouer dans une pièce, comme je l’ai fait dans un one man show, un personnage de fou, mais plein de tendresse et d’humanité. Et puis j’aurais adoré le personnage de Tchao Pantin, un rôle magnifique pour un acteur magnifique, Coluche.

A partir du 15 Janvier au Palace – 8 rue du Faubourg Montmartre-75009 Paris